Que faire en transit à Dubaï ? – Emirats arabes unis

DSC_3485

 En rentrant d’Australie depuis Adelaïde, mon vol a fait une escale de 10 heures à Dubaï. A l’aller déjà, l’escale avait duré 4 heures et, même si l’aéroport est immense, on en a vite fait le tour. Dubaï n’est pas une destination qui me fait rêver: je ne prévois pas d’y aller en vacances. Mais ces 10 heures d’escale m’ont offert la possibilité d’explorer cette ville.

Le père de mon colocataire a l’habitude des longues escales et m’a conseillé de sauter dans un taxi et de lui demander de me montrer les points phares de Dubaï. Les français n’ont pas besoin de payer un visa pour sortir de l’aéroport. Des consignes sont à disposition des voyageurs pour leur éviter de s’encombre de leur valise. Il y a aussi des distributeurs automatiques pour retirer facilement des dirhams pour la journée.

Après avoir pris un petit déjeuner très copieux à l’aéroport (pour 10 euros il me semble), on a passé la douane, déposé nos valises à la consigne, et on est monté dans un taxi. Le temps a été idéal avec ses 20 degrés dès le matin et un grand soleil.

Notre chauffeur de taxi parlait couramment anglais et nous a raconté l’histoire de la ville, vieille de 40 ans seulement. On s’est vite rendu compte que tout était en travaux. Le chauffeur venait du Bangladesh et, après avoir vécu plusieurs années à Londres, il est venu s’installer à Dubaï avec sa femme. Sa fille est née là et la famille prévoit de repartir pour l’Angleterre une fois qu’elle aura mis de l’argent de côté. Car les taxis sont bien payés dans la ville des ultra-riches. Le chauffeur nous a d’abord montré le seul hôtel 7 étoiles du monde, au bord de l’eau. Puis il nous a emmené voir un autre hôtel très luxueux dans lequel est entrée une Ferrari, et on est allés dans la palmeraie, Palm Jumeirah. Il s’agit d’une île artificielle, qui a la forme d’un palmier vue du ciel. Les maisons de l’île coûtent des millions. On s’est arrêté à l’Atlantis, un gigantesque hôtel 5 étoiles où l’on peut nager avec les dauphins et avoir un aquarium rempli de 65000 espèces de poissons différentes dans sa suite. Et pour finir la visite de la partie moderne de la ville, on s’est rendu au pied de la tour la plus haute du monde: le Burj Khalifa et ses 828 mètres de haut.

On a ensuite demandé au chauffeur de nous déposer au souk. C’était un vendredi matin : beaucoup d’échoppes étaient fermées. Mais on y est principalement allé par curiosité, et pas pour s’acheter une montagne de bijoux en or. Le fait d’être deux filles à se balader seules ne nous a absolument pas attiré de problèmes, alors n’hésitez pas à le faire vous aussi !

Après plusieurs heures, on a repris le taxi pour l’aéroport, passé la douane et pris notre vol comme prévu. Au lieu d’avoir tourné en rond pendant 10 heures, on a passé une super journée dans une ville qu’on aurait jamais eu l’occasion de visiter sinon.

DSC_3514

DSC_3517

DSC_3524

DSC_3525 DSC_3541 DSC_3552

DSC_3558 DSC_3605 
DSC_3568 DSC_3570 DSC_3589 DSC_3596 DSC_3615

DSC_3618 DSC_3625

DSC_3632

DSC_3642

DSC_3643 DSC_3654

DSC_3655

DSC_3661

DSC_3665

DSC_3685

DSC_3687

DSC_3692 DSC_3693 DSC_3701 DSC_3702 DSC_3703 DSC_3707 DSC_3713

DSC_3714

DSC_3721

 

 

Publicités