Kangaroo Island, Australie

DSC_0343

Un jeudi de Novembre, on a pris la route à 7h direction Cape Jervis, à une heure et demie d’Adelaïde pour prendre un ferry pour Kangaroo Island. Il faisait mauvais, la mer était agitée, la traversée n’a pas été la plus agréable du monde. Mais 45 minutes plus tard, on était sur l’île qui ressemble étrangement à la Bretagne sous la pluie. On a, malgré tout, profité de la route entre Penneshaw et le centre de l’île, où on était logé par des amis de mes colocataires.

On s’est baladé tranquillement le matin et, pour le déjeuner, on s’est arrêté manger du poisson délicieux. Puis, sur le chemin de la ferme on a pris des cafés dans une distillerie. Meilleur café affogato du monde avec glace au miel et à la noix, avec liqueur au même parfum. A 16 heures, on était fatigués alors on est allé directement à la ferme. On avait prévu de dormir sous des tentes mais les amis chez qui nous étions ont préféré nous loger dans la maison. J’ai conduit la Jeep à travers les champs de l’exploitation et on a croisé plein de kangourous et autres wallabies. On s’est couchés tôt ce premier soir et le lendemain on était près à affronter tous les animaux de l’île.

Le lendemain, la pluie s’est arrêté. On a commencé la journée en allant à Stokes Bay, une plage à laquelle on accède en marchant à travers une falaise. J’y ai recueilli un crabe au creux de ma main et Alex l’a écrasé quelques minutes plus tard. A 13 heures, après un café, on s’est rendus à Paul’s Place: une ferme qui recueille les animaux blessés de l’île. A notre arrivée, le propriétaire m’a mis un kangourou dans les bras. Il pesait environ 2 tonnes. Ensuite, j’ai vu le mouton le plus gros du monde.  Puis des tonnes d’oiseaux hideux appelés émeus. Ils ressemblent à des autruches et ne donnent absolument pas envie de les approcher. Il y avait aussi des banals oies, poules et paons. J’ai ensuite câliné un koala et un bébé opossum. Enfin, j’ai servi de plateforme aéroportuaire à trois perruches et ai vêtu un python en écharpe autour de mon petit cou. Les perruches m’ont fait plus peur bizarrement. Pour cette raison d’ailleurs je ne me suis pas portée volontaire pour avoir des graines sur la tête que des émeus viendraient picorer.

Puis on a pris la direction de Kingscote pour voir des pélicans être nourris. On avait interdiction d’agiter nos mains pendant qu’ils attendaient la nourriture, ou on prenait le risque d’être attaqués. On est ensuite rentré à la ferme où on a joué un ersatz d’Uno et bu du vin pour finir une autre journée tip top.

Le troisième jour le temps était encore meilleur. On a passé notre journée à Flinders Chase National Park. On s’est d’abord rendus aux Remarkable Rocks, des roches aux formes improbables dans lesquels on peut se glisser. Mais j’avais lu le blog d’un français qui s’était mis sous l’un des rochers pour faire une photo sympa et s’était retrouvé coincé dessous: j’ai donc évité de faire la même erreur. Après ça, on est allés voir des lions de mer qui se doraient la pilule sur des rochers en mugissant de temps en temps. On a ensuite pique-niqué en haut d’une falaise avec une vue superbe sur l’eau turquoise, puis on est rentrés à la ferme pour demander une idée de bon restaurant de fruits de mer à nos hôtes pour le dîner. Ils nous ont indiqué une station service où les poissons étaient délicieux, et ils avaient raison: j’ai commandé de l’orphie qui était fabuleuse. On a mangé sur le port, avec vue sur la mer. Il y avait tellement de vent que la sauce du poisson est venue se déposer délicatement sur mon trench Comptoir des cotonniers.

Je crois le dernier jour a été le meilleur. Déjà parce ce bébé otarie m’a regardé droit dans les yeux à Seal Bay. A cet instant, j’ai su que les otaries seraient désormais l’animal que je nommerai quand on me demandera : « au fait c’est quoi ton animal préféré? ». Avant je répondais avec un manque d’originalité criant: « les chats parce que c’est mignon. » Je suis ensuite descendue sur la plage, au plus près de ces êtres majestueux pour une visite guidée. J’ai réalisé qu’en rentrant de la fac je m’écroulais aussi gracieusement que les otaries qui reviennent de trois jours en mer. Et puis, après s’être affalé, un des lions de mer a aperçu sa chère et tendre et a « couru » vers elle pour l’embrasser du bout des lèvres, c’était intense.

Après ce moment merveilleux, on est repartis en Jeep pour Vivonne Bay, élue plus belle plage d’Australie, et on comprend bien pourquoi. C’était magnifique. On est allé sur la jetée où on s’est amusé comme des petits fous sur le chariot à roulettes. Alex nous baladait sur les rails et Vanessa et moi ricanions comme des petites folles.

C’était l’heure du déjeuner et justement Vanessa a fait un voeu: ça serait parfait si on pouvait manger des frites ici. Aussitôt dit, aussitôt fait. On est allés dans une brasserie acheter du fish & chips. Et pas n’importe quel poisson: du requin. C’était fondant et excellent. On a aussi pris une bouteille de rosé fait sur l’île pour rendre ce moment magique. Tout y était: un paysage à couper le souffle, du soleil, des colocataires plus cools que jamais, de la nourriture fantastique et du bon vin. Et après avoir essayé, en vain, de capturer un crabe, on a quitté ce paradis pour aller à Little Sahara faire de la planche à sable. Je me suis magistralement étalé la première fois et au second tour je maîtrisais à la perfection. C’était chouette.

Ensuite on est rentré à la ferme pour faire nos valises, remercier nos hôtes si accueillants avant de repartir pour Penneshaw d’où le ferry partait à 19h30. Evidemment, on a repris du poisson avant de prendre le bateau. Les critiques en ligne disaient que c’était le meilleur restaurant de fruits de mer au monde et c’était vrai. Rien de mieux pour finir en beauté ces quatre jours si sympas.

DSC_0352 DSC_0440 DSC_0445 DSC_0455 DSC_0464 DSC_0547 DSC_0563 DSC_0564 DSC_0579 DSC_0627-Modifier DSC_0641jh DSC_0696 DSC_0703 DSC_0741 DSC_0769 DSC_0785 DSC_0853 DSC_0895 DSC_0970 DSC_0980 DSC_1053 DSC_1066 DSC_1137 DSC_1140 DSC_1168 DSC_1197 DSC_1209 DSC_1211 DSC_1236 DSC_1251 DSC_1265 DSC_1271

Publicités