Jodhpur, Inde

DSC_1356

D’Udaipur nous nous sommes rendus dans un temple jaïn à Ranakpur. L’un des cinq lieux majeurs de pèlerinage des jaïns. Mais kézako ? Il s’agit d’une des religions les plus vieilles au monde. L’un de ses principes est de ne tuer aucun être vivant. Les jaïns marchent donc pieds nus pour n’écraser aucun insecte avec leurs chaussures et veillent à ne pas gober des mouches.

Après avoir visité le temple, nous avons mangé un repas avec des croyants en pèlerinage puis avons repris la route.

Nous sommes arrivés une nuit à Jodhpur, la ville bleue – mais ça nous l’ignorions encore. Il faisait très chaud. Je partageais ma chambre avec une amie et je crois que cette nuit là elle aurait préféré ne pas être dans la même pièce que moi. A cause du traitement anti-palu (Malarone) j’ai perdu l’appétit dès le début du séjour. Une cuillère de lemon rice, un bout de cheese nan, une tasse de Ginger Honey Lemon Tea et je ne pouvais plus rien avaler. En plus de ce manque d’appétit bien frustrant quand les repas géniaux coûtent 50 centimes, j’ai eu le droit à d’autres effets secondaires. Comme la fièvre cette nuit là.

Je me suis couchée tôt parce que j’étais en train de tomber malade. Et il y a eu une panne d’électricité dans tout le quartier donc les ventilateurs ce sont arrêtés assez rapidement dans la nuit. A partir de ce moment et dans mon délire de fièvre j’ai eu envie de mourir. Littéralement. J’étais à l’autre bout du monde, la nuit, par une chaleur atroce, j’avais l’impression d’étouffer et que ça ne s’arrêterait jamais. Je voulais juste claquer dans les doigts pour me retrouver en France.

Le matin j’étais assez peu reposée. Malgré tout, on ne restait qu’un jour à Jodhpur alors on s’est lancé à la découverte de la ville. Sous un magnifique soleil, les maisons bleues sautaient plus aux yeux. Cette couleur permet notamment de tenir les insectes éloignés des habitations.

Nous avons marché jusqu’à la forteresse Mehranga qui surplombe la ville. Nous en avons exploré les palais intérieurs puis sommes redescendus vers le marché avant de reprendre le bus, pour Pushkar cette fois.

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Publicités