Bobo Dioulasso, Burkina Faso

DSC_5528

 

Nous avons passé l’un de nos week-ends à Bobo Dioulasso (on dit seulement Bobo quand on est in). A 82,5 kilomètres d’Orodora, c’est la deuxième plus grande ville du pays. Nous y sommes allés en bus, en espérant ne pas tomber sur des « coupeurs de route » dont on nous a tant parlé. Il s’agit de groupes qui arrêtent les bus ou les voitures, souvent armés, et dérobent les passagers de leur argent et leurs biens. Les ambassades ont tendance à être assez alarmistes sur le sujet et, on a eu de la chance, on n’a pas rencontré ces bandes de petits filous.

A Bobo, notre hôtel était chouette mais je n’arrive pas à me rappeler son nom… On a mangé des spaghettis bolos dans une cantine pour 50 centimes (merci le Routard!), et une pizza dans un restau un peu plus chic, et ça, je m’en rappelle.

Bobo est une ville très agréable, spécialisée dans l’artisanat: pendant notre week-end, on a alterné balades et petites boutiques de masques burkinabè.

On y est aussi allé pour voir Rachid, le neveu de Boureima, qui vit dans cette ville. On a rencontré sa bande d’amis autour d’un thé, et je crois que c’est à peu près tout.

 

 

DSC_5531bis

DSC_5530

Publicités