Banfora, Burkina Faso

DSC_5386bis

Les week-ends, on a essayé de partir en expédition autant que possible. La première escapade, si ma mémoire est bonne, a été Banfora. Google m’indique que cette ville se situe à 61 kilomètres seulement mais j’ai pourtant l’impression que le trajet en Jeep a duré plusieurs heures. Il est vrai qu’on s’est arrêté en route pour visiter une exploitation qui produit des avocats, du manioc et des ciranges. Les ciranges ça n’existe pas vraiment, mais on les a surnommé comme ça parce que ça ressemble à un croisement entre une orange et un citron vert. Le goût acide est parfait.

Mon plat burkinabé préféré – adoré-, est l’atiéké. C’est de la semoule de manioc, qu’on mange généralement avec de l’avocat et du poisson. On pensait que c’était simplement la tradition. Mais sur l’exploitation, un agriculteur nous a donné la vraie raison, selon lui. Le manioc contient du cyanure et le poisson absorberait ce composant, nous évitant ainsi de devenir complètement fou. Bizarrement, je n’ai pas trouvé de confirmation de sa théorie sur Internet…

Après cette visite, nous avons pris la direction des cascades gigantesques qui forment des piscines naturelles. Assez chouette vu la chaleur ! Et après plusieurs heures au frais, nous sommes allés voir les immenses dômes de Fabedougou, des rochers sculptés par la pluie et le sable. Le soleil était en train de se coucher, c’était magnifique.

Après une nuit dans un petit hôtel, nous sommes allés au marché le lendemain. J’en ai profité pour demander à plusieurs burkinabés de les prendre en photo. Puis nous sommes repartis à la ferme. Bilan de Banfora ? Une petite ville bien sympa (surtout grâce aux chutes) et assez calme.

Au retour, on a croisé les doigts pour voir des éléphants mais la chance n’était pas au rendez-vous. Et comme c’était la saison d’hivernage – la saison des pluies -, il s’est mis à pleuvoir comme jamais. En empruntant des chemins de terre en Jeep, on ne voyait rien autour de nous. Rapidement, la route s’est transformé en ruisseau. Le trajet de retour a donc été très long mais on est finalement arrivés sains et sauf à Orodara.

DSC_5392 DSC_5400 DSC_5411 DSC_5414 DSC_5421 DSC_5470 DSC_5476bis DSC_5504 DSC_5518bis DSC_5519 DSC_5525

Publicités